C'est vrai, cet assassin m'obsède.C'est vrai, cet assassin me suit.Qu'il me suive où qu'il me précède,Il tue, je chante, je chante, il tue.De ses crimes abominablesSur l'acier de son couteau nu,Je lis que son âme est maladeEt qu'il pleure dans ses mains nues.C'est vrai, cet assassin m'obsèdeQuand, sur la pâleur de mes nuits,Il roule un chemin parallèleSur le boulevard de Minuit.Comme un loup sur son territoire,Il m'encercle, je ne sais pourquoi,Et, dans le sang du désespoir,Il fait blondir le mimosa.C'est vrai, cet assassin m'obsède.Il m'appelle, il me poursuit.C'est vrai, cet assassin m'obsède.Il tue, je chante, je chante, il tueEt, sur le chemin parallèleOù il roule et où je le suis,Je chante et je déploie mes ailes.Il tue, le mimosa fleurit.C'est vrai, cet assassin m'obsède.

Vídeo incorreto?