Coline, oh ma douce,J'entends ton rire dans mes rêves.Sur la pierre, il y aura mousseSans que ta voix en moi ne s'achève.Coline, douce douce,Devenue arbre sans sève,Je ne saurai quel fou t'enlèvePour chercher moisson là ou rien ne pousse.En rêvant d'un AngeQui t'offrirait une rose,Tu courrais légèreLoin des dangers. Overdose.Tu aimais, oiseau ivre,Aller vivre liberté,Mais tu savais, mon oiseau sage,En sol d'hiver, quel grain semer.Coline, douce douce,Un jour il est venu l'Ange.Ses yeux brume, sa voix brèveT'ont fascinée, douceurs étranges.Coline, sans comprendre,J'ai vu se tenir ton aube claire.J'ai vu sans t'entendreTes douceurs devenir colère.Tu as suivi l'Ange.T'a-t-il offert une rose ?Et toi, en échange,Tout accepté : overdose.Tu voulais, mon oiseau sage,Aller vivre libertéEt tu es partie, oiseau ivre,Poussière d'Ange t'enfermer.Coline, oh ma douce,Pourquoi mourir à quinze ans ?Coline,J'entends ton rire.Coline,Pourquoi mourir à quinze ans ?Coline,J'entends ton rire qui s'en va, lent...

Vídeo incorreto?