Tous les passants s'en sont allés,Plus rapides que la mémoireEcrire un petit bout d'histoire,Les uns debout, d'autres couchés.Certains sont entrés dans l'histoireSans avoir eu le temps d'y croire,Pas même le temps d'y songer.Tous les passants s'en sont allés,Jean de Flandre et Jean de NavarreQui voulaient la mer à boire.La mer, je crois, les a gardés.Le petit John des AmériquesDevenu John le magnifique,La gloire ne l'a pas épargné.Tous les passants s'en sont allés.Ceux qui buvaient à la fontaineOnt maintenant leur cave pleineDe vins aux noms ensoleillés.Ceux qui voulaient gagner des guerres,La guerre a du les décimer.Tous les passants s'en sont allésMais toi, plus têtue que la pierre,Tu n'as pas quitté la rivièreNi la colline aux fleurs de Mai.Tu gardes le feu et la table,La rose et le sirop d'érable,Comme au temps des très lourds secrets.Tous les passants s'en sont allés.Au lieu de leurs vingt ans superbesSur lesquels a repoussé l'herbe,Je ne sais s'ils s'arrêteraient.Moi, je vois couler l'eau profondeSans m'y pencher une seconde.J'ai peur d'y voir ce que j'étais.Tous les passants s'en sont allés,Jean de Flandre, Jean de Navarre,Le petit John des Amériques,Tous les passants s'en sont allés...

Vídeo incorreto?