Tu ne te souviendras pasDe cette nuit où l'on s'aimait,Toutes les nuits, cahin-caha,S'effeuillent au calendrier.Tu ne te souviendras pasDe mon visage, de mon nom.Les marionnettes d'ici-basFont trois petits tours et puis s'en vont.Tu ne te souviendras pasDu vent, des algues, de cette plage,De ce silence, de notre émoiQuand se sont mêlés nos visages.Tu ne te souviendras pas.Nous étions là, émerveillés.J'ai glissé un peu contre toi.Contre toi, tu m'as entraînée.Tu ne te souviendras pasDe nos corps couchés sur le sol.Les corps s'enfoncent comme les pasDans le sable où le vent les vole.Tu ne te souviendras pas.Doucement, la nuit s'est penchée,Traînant dans son manteau de soieDes morceaux de ciel étoilé.L'amour nous menait en voyage.Longtemps, nous avons navigué.La mer se cognait au rivage.Dans tes yeux, je me suis noyée.L'amour nous menait en voyage.On s'est aimé, on s'est aimé.Qu'il fut merveilleux, le naufrageQuand, dans tes bras, j'ai chaviré.Passent les jours, file le temps,S'égrènent les calendriers,Brûle l'été, soufflent les vents.Moi, je ne peux rien oublier.J'attends sur la plage déserteEt je vis le creux du passé.Je laisse ma porte entrouverte.Reviens, nous pourrons la fermer.Tu ne te souviendras pasDe cette nuit où l'on s'aimait,Toutes les nuits, cahin-caha,S'effeuillent au calendrier...

Vídeo incorreto?