Entre les fauteuils du 15, rue de BretagneEt les rocking-chairs de la maison de campagneOn balançaitNotre vie douillette, sans surprise et sans unPain quotidien de nos dix ans de bonheurAu bonheur près j'étais bien protégéDans le film à tiroir de ma vie bien rangéeAvec les samedi soir pour changerPour changer de quoi toi et moiMoi et toi, femme et mère à la foisJ'ai craqué, j'ai craquéJ'attendais ta fête pour t'apporter des fleursJe ne chantais plus, j'avais des pantoufles au cœurJe m'endormaisTu savais quand je disais: "Devine où on part?"Tu riais avant que j'ai fini mes histoiresEt même après tu m'avais tellement ditQue je n'étais qu'un gosse, un gaminÉtourdi, que je m'imaginais tout petitEt puis d'un seul coup j'ai grandiEt j'ai coupé le fil du passéJ'ai craqué, j'ai craquéJe ne sais pas où mais je m'en vais droit devantMeme si l'allumette n'a craqué que le tempsD'une étincelleJe m'en contrefous si ça permet de rêverDe faire un détour loin des chemins programmésToujours pareils et le vent de folieQui fait tourner si fort le moulin de ma vieQu'importe s'il s'arrête aujourd'huiPuisque celle qui lui a dit de soufflerReste et me donne envie de craquerJ'ai craqué, j'ai craqué ...

Vídeo incorreto?