J'ai gravé quelques cœurs sur quelques arbresSur du sable, sur du marbreSur des coins de tables d'écoliersJ'ai cru en presque toutes mes histoiresA des amours derisoiresQui ne passaient même pas l'étéMais c'était de toi que je rêvaisC'était de toi que je brûlais mes nuitsJe changeais sans cesse les coupletsMais c'était toi le refrain de ma vieJ'ai gravé quelques cœurs dont il ne resteLe plus souvent que la flècheQu'un peu d'amertume ou de remordsLa veille au soir on lui a dit: "Je t'aime"Le matin on ne sait mêmePlus le prénom de celle qui dortMais c'était de toi que je rêvaisC'était de toi que je brûlais mes nuitsJe changeais sans cesse les coupletsMais c'était toi le refrain de ma vieJe ne rêve plus tu es bien làMais je continue à rêver de toiIl est fini le temps des aventuresDes conquêtes, des rupturesDes carnets d'adresses bien remplisLe temps des pleurs au bout du téléphoneLe temps des retours d'automneIl n'est pas perdu puisqu'aujourd'huiJe vois bien que mon rêve était vraiQue c'était toi dont je brûlais mes nuitsJe changeais sans cesse les coupletsMais c'était toi le refrain de ma vieJe ne rêve plus tu es bien làEt je continue à rêver de toi

Vídeo incorreto?