Lorsque j'entends ce prélude de BachPar Glen Gould, ma raison s'envoleVers le port du Havre et les baraquesEt les cargos lourds que l'on rafistoleEt les torchères, les grues patraquesLes citernes de gasoilToi qui courais dans les flaquesMoi et ma tête à claquesMoi qui te croyais ma chose, ma bestioleMoi je n'étais qu'un pot de colleLorsque j'entends ce prélude de BachPar Glen Gould, ma raison s'envoleEt toutes ces amours qui se détraquentEt les chagrins lourds, les peines qu'on bricoleEt toutes mes erreurs de zodiaqueEt mes sautes de boussoleToi, les pieds dans les flaquesMoi, et ma tête à claquesJ'ai pris les remorqueurs pour des gondolesEt moi, moi je traîne ma casseroleDans cette décharge de rêves en packQu'on bazarde au prix du pétrolePour des cols-blancs et des corbacsQui se foutent de Mozart, de BachJ'donnerais Ray Charles, Mozart en vracLa vie en rose, le rock'n rollTous ces bémols et tous ces couacsPour Glen Gould dans c'prélude de Bach.

Vídeo incorreto?