{Refrain:}Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu ?Les année passent, pourtant tout est toujours à sa placePlus de bitume donc encore moins d'espaceVital et nécessaire à l'équilibre de l'hommeNon personne n'est séquestré, mais s'est tout commeC'est comme de nous dire que la France avance alors qu'ellepensePar la répression stopper net la délinquanceS'il vous plaît, un peu de bon sensLes coups ne régleront pas l'état d'urgenceA coup sûr...Ce qui m'amène à me demanderCombien de temps tout ceci va encore durerÇa fait déjà des années que tout aurait dû péterDommage que l'unité n'ait été de notre côtéMais vous savez que ça va finir mal, tout çaLa guerre des mondes vous l'avez voulue, la voilàMais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu ?Mais qu'est-ce qu'on attend pour ne plus suivre les règles du jeu?{au Refrain}Je n'ai fait que vivre bâillonné, en effetComme le veut la société, c'est un faitMais il est temps que cela cesse, fasse place à l'allégressePour que notre jeunesse d'une main vengeresseBrûle l'état policier en premier etEnvoie la république brûler au même bûcher,Ouais !Notre tour est venu, à nous de jeter les désDécider donc mentalement de s'équiperQuoi t'es miro, tu vois pas, tu fais semblant, tu ne m'entendspasJe crois plutôt que tu ne t'accordes pas vraiment le choixBeaucoup sont déjà dans ce casVoilà pourquoi cela finira dans le désarroiDésarroi déjà roi, le monde rural en est l'exempleDésarroi déjà roi, vous subirez la même pente, l'agonielenteC'est pourquoi j'en attente aux putains de politiquesincompétentesCe qui a diminué la FranceDonc l'heure n'est plus à l'indulgenceMais aux faits, par le feu, ce qui à mes yeux semble êtrele mieuxPour qu'on nous prenne un peu plus, un peu plus au sérieux{au Refrain}Dorénavant la rue ne pardonne plusNous n'avons rien à perdre, car nous n'avons jamais rien eu ...A votre place je ne dormirais pas tranquilleLa bourgeoisie peut trembler, les cailleras sont dans la villePas pour faire la fête, qu'est-ce qu'on attend pour foutrele feuAllons à l'Elysée, brûler les vieuxEt les vieilles, faut bien qu'un jour ils paientLe psychopathe qui sommeil en moi se réveilleOù sont nos repères ?Qui sont nos modèles ?De toute une jeunesse, vous avez brûlé les ailesBrisé les rêves, tari la sève de l'espérance.Oh ! quand j'y penseIl est temps qu'on y pense, il est temps que la FranceDaigne prendre conscience de toutes ces offensesFasse de ces hontes des leçons à bon compteMais quand bien même, la coupe est pleineL'histoire l'enseigne, nos chances sont vainesAlors arrêtons tout, plutôt que cela traîneOu ne draine même, encore plus de haineUnissons-nous pour incinérer ce système

Vídeo incorreto?