Y a eu comme ça des heures entièresAux bords du jour, à fleur de terreComme la lumiére aux creux des mainsEt puis l'impression singulièreD'avoir trouvé d'autres manièresDe s'endormir sur le matinIl fallait p't-êt' pasQu'j'm'imagine que ça dureParce qu'on est simplement bienY a toujours quelque choseDans le goût de l'aventureQui vous file entre les mainsC'est comme le raisinSi ça désaltère, il y a toujours des pépinsJe sais bienMais moi j'y peux rienJ'ai beau chercher l'oubli dans les allées des jardinsJ'suis pas bienJ'me sens tomber dans la poussièreComme les pianos qui s'font la guerreDans mon désert où j'entends rienY a des gens plein ma vie entièreMais je n'dis rien, j'bois dans mon verreUn jus d'éther au cœur de juinIl fallait p't-êt' pasQu'j'm'imagine que ça dureParce qu'on est simplement bienY a toujours quelque choseDans le goût de l'aventureQui vous file entre les mainsMais moi j'y peux rienJ'ai beau chercher l'oubli dans les allées des jardinsJ'suis pas bienJe n'sens plus rienJ'me coupe sur mon rasoir dans la radio du matinJ'suis pas bienEt j'entends plus rienJ'attends qu'on téléphone jusqu'à deux heures du matinJ'suis pas bienMême que j'vois plus rienParaît que les journaux parlent d'un chanteurjamaïcainJ'en sais rienJ'suis pas bien

Vídeo incorreto?