Que la maison me parait videSans son désordre et sans sa voixÇa me semble encore impossiblePourtant il y a deux ans déjàMa mère a rangé tous ses livresEt ses outils de jardinierTous ces objets qu'il faisait vivreQui eux aussi vont s'ennuyerIl ne parlait pas de la guerrePourtant mon héros c'était luiJ'étais si fière qu'il soit mon pèreFière de m'appeler comme luiSes colères étaient des tempêtesLorsque j'avais désobéiEt puis il pleurait en cachetteParce que j'avais un premier prixC'était plus que de la tendresseQu'il avait pour tous nos rosiersIl peignait avec maladresseC'était toujours moi qui posaisJe sais bien que je lui ressembleJe suis têtue comme il l'étaitJ'ai ses yeux et ses côtés tendresEt j'aime tout ce qu'il aimaitC'était mon ami et mon frèreEt tous mes souvenirs d'enfantC'était mon ami et mon pèreEt il me manque bien souvent

Vídeo incorreto?